Les étapes pour créer une start-up

les étapes pour créer une startup

Il n’est évidemment pas possible d’avoir un business plan qui assure le succès de l’entreprise que vous allez créer, mais ce que vous pouvez faire, c’est de connaître les étapes qui doivent nécessairement être franchies lors de la création d’une startup.

Ces étapes sont liées les unes aux autres et toutes aussi importantes les unes que les autres : cela signifie qu’il n’est pas possible d’en sauter une seule ou de consacrer moins d’efforts à l’une plutôt qu’à l’autre, car la conséquence immédiate pourrait être le blocage du processus de création de la startup.

Et perdre un temps précieux pour un startup peut être l’une des erreurs les plus graves et les plus fatales pour le succès de votre idée d’entreprise.

Voyons donc quelles sont les principales étapes à suivre lors de la création d’une startup.

Étape 1 : Avoir et choisir une idée d’entreprise gagnante

Une idée gagnante pour créer une startup peut naître comme une illumination, peut-être lorsque nous sommes à nouveau confrontés à un problème que nous ne pouvons pas résoudre et que nous nous demandons « Pourquoi personne n’a encore inventé ».

Mais si cela n’arrive pas, il ne faut pas se décourager :

On peut chercher une idée gagnante en observant attentivement les différents et multiples secteurs dans lesquels s’articule le marché du travail.

Dans ce cas, il est utile de partir d’un seul secteur, d’examiner les possibilités qu’il offre et d’évaluer s’il y a place pour de nouvelles initiatives.

Dans cette recherche et dans le choix parmi les différentes possibilités offertes par le marché, vous pouvez profiter de plusieurs outils gratuits disponibles sur le web (tels que Evernote et WunderList), qui vous seront utiles pour mieux organiser vos idées et commencer à préparer un plan opérationnel pour le développement de votre start-up.

Étape 2 : Créer l’équipe de votre start-up

Après avoir choisi l’idée d’entreprise, l’étape suivante consiste à identifier les membres de l’équipe de votre start-up : c’est une étape délicate et pas facile, qui peut absorber beaucoup d’efforts.

Le point de départ est de définir les besoins de votre startup : quelles sont les compétences qui ne peuvent pas manquer dans votre équipe pour réussir. Vous pouvez ensuite procéder à la sélection proprement dite.

Il existe plusieurs canaux par lesquels vous pouvez identifier les bons collaborateurs pour votre start-up : à partir de la connaissance personnelle jusqu’au réseau, avec les différents portails créés dans le but d’identifier les professionnels les plus compétents et les plus expérimentés

Mais quels sont les critères pour choisir les personnes les plus aptes à faire partie de votre équipe de démarrage ?

Nous avons déjà vu l’importance des compétences et de l’expérience, mais nous ne pouvons pas nous fier uniquement à ces paramètres.

En fait, il est important de choisir des personnes qui sont fortement motivées pour se développer et acquérir de nouvelles compétences professionnelles et qui, en même temps, partagent la même vision de la start-up.

Ce n’est que de cette manière que nous pourrons créer une équipe organique capable de travailler de la meilleure manière possible sur notre projet de démarrage.

Étape 3 : Première partie de la collecte de fonds

Après le choix d’une idée d’entreprise, il y a le problème du financement de la création de votre start-up : dans cette première phase de la vie de l’entreprise, les fonds nécessaires peuvent être limités et servent normalement à créer une première version du produit ou du service offert, afin que vous puissiez le proposer au marché et enregistrer les réactions du public.

Et c’est précisément pour cette raison qu’il est possible de trouver le capital nécessaire sans avoir recours aux investisseurs « institutionnels ».

Bootstrapping
Il s’agit d’une forme d’autofinancement qui consiste à utiliser le capital du startup pour financer l’entreprise. Ce système de financement peut être utile dans la phase de création de l’entreprise et présente l’avantage de pouvoir maintenir un contrôle total sur l’entreprise en cours de création, sans avoir à céder une partie des parts d’un pourcentage de bénéfices identique ou supérieur en cas de succès.

Si le projet de création d’entreprise est plus ambitieux et nécessite par conséquent des fonds plus importants, une autre solution peut consister à faire appel à un Business Angel (généralement d’anciens entrepreneurs ou gestionnaires) : ces personnes financent les entreprises en démarrage dans leurs différentes phases de vie et apportent toute une série d’avantages, issus de leur expérience dans le monde du travail.

Cela signifie qu’en plus d’obtenir le financement nécessaire pour créer votre entreprise, en collaborant avec des Business Angels vous pouvez profiter de leur expérience, en évitant les erreurs qui sont courantes chez les non experts du marché et en utilisant leurs connaissances sur le marché.

Il y a bien sûr aussi un côté « négatif » à travailler avec un Business Angel : en échange des fonds pour votre start-up, ces personnes auront une part de votre entreprise (dont la croissance représente le bénéfice qu’elles attendent), vous perdrez donc un certain contrôle sur celle-ci et vous devrez renoncer à une partie des bénéfices.

N’oubliez pas la possibilité d’utiliser le crowdfunding : en fait, nous devons nous rappeler qu’il s’agit d’un outil très souple et particulièrement efficace s’il est utilisé de la bonne manière.

Cela signifie que même si votre startup est en cours de développement, le crowdfunding peut être un moyen viable de trouver des financements « importants ».

Dans ce cas, l’activité de marketing pour promouvoir la campagne de financement par la foule et la « récompense » pour les bailleurs de fonds sera très importante, ce qui pourrait être directement lié au produit de votre startup (par exemple avec la possibilité d’obtenir une réduction sur l’achat de celui-ci).

Étape 4 : Maquette et exécution

Une maquette est l’un des outils nécessaires au développement d’une idée d’entreprise : une maquette précède le prototype, et est nécessaire pour le développer de la meilleure façon possible.

Pour comprendre en quoi consiste une maquette, la meilleure solution est un exemple pratique : réfléchissez à l’hypothèse selon laquelle notre start-up projette une application innovante pour les smartphones et les tablettes.

Dans ce cas, la maquette sera représentée par une série d’écrans montrant comment cette application se présentera aux utilisateurs.

Il faut rappeler que l’impact visuel qu’une bonne maquette peut avoir est très important, surtout pour la présentation du projet de startup aux partenaires et investisseurs potentiels, car il permet de montrer quelque chose de concret, ce qui augmente la confiance du public.

Lors du développement d’une startup, il n’est jamais possible de négliger une exécution efficace : s’il est important d’avoir une bonne idée d’entreprise, il est encore plus important de pouvoir la concrétiser, en suivant toutes les étapes nécessaires au développement du projet.

Le soin et le contrôle de l’exécution est l’une des tâches principales du startup : il s’agit de toujours avoir la supervision des différentes activités qui mènent au développement du projet, de sorte que le processus soit mené à bien dans les délais et de la manière prévus, en coordonnant les différents membres de l’équipe impliqués dans les différentes activités qui nécessitent la création et le développement d’une startup.

Étape 5 : création et correction

Le produit ou le service de votre start-up est maintenant prêt et doit faire face à son premier défi : la réaction du marché.

Nous pouvons considérer cette phase comme une sorte de test, un test général : il est très probable que le produit proposé par votre startup ne corresponde pas encore à ce que le public souhaite, qu’il présente des défauts sur lesquels il est nécessaire d’intervenir.

Et cette phase sert justement ce but : il est nécessaire de recueillir l’avis des clients qui ont déjà essayé le produit, pour comprendre quels sont les défauts et les marges d’amélioration.

Le moyen le plus simple d’obtenir ce type de retour d’information est de soumettre un questionnaire aux clients.

Sur le net, il existe plusieurs outils utiles, également gratuits, qui peuvent vous aider à créer un questionnaire et à réaliser une analyse de marché qui vous permet de comprendre où vous devez intervenir pour créer un produit réellement capable de satisfaire le public : après avoir corrigé les erreurs, il est temps de relancer votre produit sur le marché.

N’oubliez pas qu’il est impossible de ne pas faire d’erreurs, mais il est important de pouvoir les identifier et les corriger afin de réussir.

Étape 6 : Collecte de fonds 2.0 ou crowdfunding

Maintenant que le produit de votre start-up a atteint sa forme définitive, d’autres capitaux, parfois même importants, sont nécessaires pour le développement de l’entreprise : sans les fonds nécessaires, le risque est que la start-up reste une entreprise très limitée, incapable de se développer, de s’étendre et donc de produire le gain souhaité.

À ce stade, il est très difficile d’obtenir des fonds suffisants du capital de la start-up pour se développer et de la même manière : vous devez trouver d’autres canaux.

C’est le moment de recourir à des entités qui sont également en mesure de fournir un financement très élevé : l’une des sources de financement les plus courantes sont les banques et les sociétés financières, tandis que les Business Angel et le capital-risque représentent une forme de financement différente pour l’entreprise.

En fait, ces deux types de sujets demandent, en échange de capital, une participation aux actions de la société de la start-up : c’est parce qu’ils « parient » sur le succès de la start-up elle-même, qui sera suivi d’une augmentation de la valeur de la société et donc des actions en leur possession, dans un temps relativement court.

La vente des actions leur procure un gain.

Il est évident que le fait de posséder des actions leur permet d’exercer un contrôle sur les politiques de l’entreprise : on peut considérer cela comme l’un des aspects négatifs de cette forme de financement, qui doit être soigneusement évalué à ce stade de la vie de la start-up.

Mais il existe aussi une autre façon de financer votre start-up et de la faire croître : le financement subventionné ou public.

Ce terme désigne toutes les initiatives, promues par des organismes publics, qui vous permettent d’obtenir des fonds à de meilleures conditions que celles du marché (taux d’intérêt plus bas ou même non remboursables), à condition que votre start-up présente les caractéristiques prévues par l’appel à propositions.

Il est très important de toujours garder ce type d’initiative sous contrôle, qui peut s’avérer être une mine d’opportunités précieuses pour votre start-up.

Étape 7 : mise en orbite

Le chemin pour réussir le lancement d’une start-up est terminé : il est temps de se lancer sur le marché, de se confronter à ses concurrents et au public.

Mais cela ne signifie pas que votre travail de startup est terminé et que vous pouvez vous reposer sur vos lauriers : le monde des startups prévoit une croissance et une évolution continues, pour pouvoir réaliser toutes les possibilités qu’une bonne idée d’entreprise présente et être récompensé par un salaire approprié pour tout le travail et les efforts fournis.

Et quelle étape avez-vous franchie dans la création de votre start-up ?

4.4/5 - (9 votes)